L’été écolo

été écolo

 

Ah l’été ! Cela rime pour beaucoup  avec “longues journées ensoleillées à se prélasser au soleil”, “profiter d’un excellent barbecue entre amis”,  “longues batailles contre les moustiques”… Cette période de l’année où l’on profite d’être dehors comporte également certains risques. Plusieurs crèmes solaires et anti-moustiques ont dans leur composition, certaines molécules toxiques pour notre corps, les océans, la faune et la flore. Les inhalations provenant de certains types de barbecue ne sont également pas vraiment recommandées. Heureusement la nature nous offre plusieurs possibilités pour se protéger sans la nuire. Passer un été écolo, cela vous plairait?

 

Les grillades

S’il y a bien une activité que j’aurais du mal à me passer, c’est bien les grillades. Au bord du lac ou chez soi, avec la famille ou les amis, accompagnées de bières ou de panachés,  toutes les occasions sont propices à enflammer nos barbecues. Mais comment le faire responsablement ?

 

Une multitude de choix est disponible sur marché. Grills à charbon, électriques, à gaz sont les principaux types. Ils ont tous leurs avantages et leurs défauts.

 

Grills électriques

Ces grills sont à utiliser sous une condition : la source d’énergie doit être renouvelable. Si c’est le cas, ce sera sans conteste le moyen le plus écologique. Ils demandent beaucoup d’électricité. De ce fait, si la source d’énergie est non renouvelable, ils émettent plus de CO2 que les autres carburants.

 

Grills à gaz

Ce moyen est recommandé pour une utilisation fixe. Ils sont généralement difficiles à transporter. D’après une étude du Oak Ridge National Laboratory (ORNL), les grills à gaz produisent 2x moins de CO2 que ceux au charbon (environ 2.5kg de CO2 par heure contre 5kg pour le charbon). De plus, ils sont également beaucoup plus efficients. 90% de l’énergie du gaz sont directement utilisés pour la cuisson alors que le charbon a un rendement de seulement 20 à 35%.

 

L’odeur n’est certes pas la même, l’ambiance un peu différente mais la qualité de cuisson est tout à fait égale au barbecue traditionnel. Ces grills sont également moins dangereux pour notre santé enfin, si la bombonne n’explose pas.

 

Une combinaison intéressante est d’y rajouter des pierres de lave. Ces pierres ont des propriétés fort intéressantes :

 

  • Absorption de la chaleur et diffusion pendant un long moment.
  • Longue période de vie (jusqu’à 3ans).
  • Absorption du gras de cuisson et n’émettent aucun gaz nocifs.

 

Le seul petit bémol est de devoir les nettoyer après utilisation.

 

Grills à charbon

Ce grill reste toujours mon choix portable. Même s’il est plus nocif pour la santé et l’environnement, certains choix réduisent ces défauts :

briquette, classique

Le choix du charbon: les morceaux classiques se forment par calcination du bois dans un milieu sans oxygène tandis que les briquettes sont fabriquées par la compression du bois avec des additifs. Ceux-ci sont libérés en gaz lors de la combustion du charbon. Les morceaux classiques sont donc à préférer aux briquettes.

 

La provenance du charbon : la plus adéquate est celle certifiée par le label international “FSC”. Il certifie que le charbon est issu d’une source respectueuse de l’environnement et des travailleurs. Eviter à tous prix les charbons provenant de la forêt amazonienne ou de toutes autres exploitations de déforestation bien entendu. Winking smile

 

Une autre alternative est le grill à pellets. Il propose des caractéristiques intéressantes :

 

  • Sa fumée ne contient pas d’additifs et n’est donc pas nocive.
  • Les pellets brûlent mieux que le charbon.
  • Les pellets sont produits généralement par de la sciure de bois ou des déchets de production en les compressant.

 

Cette option est également plutôt réservée pour chez soi. Ces grills sont généralement assez volumineux et certains demandent un besoin en électricité.

Le matériel

Le grill n’est pas le seul élément à prendre en compte pour faire des grillades “ecofirendly”. Le matériel, les services doivent être judicieusement choisis. Le mieux est d’utiliser du matériel réutilisable pour s’assurer de produire zéro déchet. Pensez aussi aux serviettes en tissus, à vos récipients etc. Il est possible de considérablement limiter ses déchets. Si l’événement est d’une grande ampleur et qu’il ne vous est pas utile d’avoir 50 jeux de service, favorisez les alternatives compostables comme le bois ou le carton.

 

Il est aussi important de ramener ses déchets recyclables plutôt que de les jeter dans la première poubelle venue.  Mais vous l’aurez compris : éviter le plastique ! Il est par conséquent également conseillé de faire son achat de viande en boucherie avec son propre contenant. Bien évidemment une consommation végétarienne aura une empreinte écologique bien plus faible. Pensez au brochettes de tofu mariné. De vrais délices !

 

Vous avez tout ce qu’il faut pour le repas parfait. Maintenant, parlons des protections.

 

L’anti-moustique

Bzzzzzzzz, Bzzzzzzzz, splash ! Ah il m’a eu !! Je crois que je pourrais devenir hystérique en présence de ces bêtes. Saviez-vous que le moustique est l’animal le plus dangereux pour l’homme. Il est responsable de plus de 1 demi-million de morts chaque année à cause des maladies qu’il peut transmettre. Cela fait des siècles que l’homme essaie de se protéger contre les insectes piqueurs en utilisant les plantes. Les alternatives aux produits vendus sur le marché sont possibles.

Les risques des produits industriels

Le but d’un produit anti-moustique est bien entendu d’éloigner le moustique. Cependant, certains sont capables de les tuer et par conséquent, un produit capable de tuer un insecte ou un autre animal ne peut pas être bon pour la santé humaine. Plusieurs études ont été effectuées sur certains produits vendus actuellement. L’une d’entre elle, venant d’Arabie Saoudite, démontre les dangers de certains produits alternatifs inhalés sur des groupes de souris. Trois produits ont été testés : les bobines spirales, les liquides à évaporer et les vaporisateurs électriques. Les tests ont prouvé que Bobines anti-moustiqueces trois produits sont toxiques pour la santé des souris.

 

Les coupables sont les molécules d’alléthrine, de pyrethine et de paraffine ainsi que leurs dérivés. Les 3 groupes ont montré des cas d’hépatotoxicité, un mauvais fonctionnement du foie entrainant  en autre, une diminution du taux de protéines dans le sang et une augmentation du cholestérol. Ils dégraderaient même le tissu myocardial du cœur.

 

Ayant eu une inflammation de ce tissu, je vous assure que ce n’est pas une partie de plaisir. Alors s’il vous plaît, évitez ces produits si vous ne connaissez pas leurs ingrédients. Il faut également prendre garde au spray. Ces molécules se trouvent également dans leurs ingrédients. Elles ne sont pas inhalées comme les tests de l’étude mais elles peuvent être nocives. Si vous décidez de choisir ces produits, évitez les applications répétées au maximum.

 

Comment se protéger naturellement ?

Il existe beaucoup de techniques pour se défendre face aux moustiques. Pour la maison, commencez par vous équiper de moustiquaires. Il en existe deux types. Celles qui viennent se fixer en dessus du lit pour le protéger et celles qui se mettent aux fenêtres. La seconde option est bien plus chère mais elle protège la totalité du logement. Certaines plantes peuvent être mises aux fenêtres comme première barrière : la citronnelle ou la mélisse par exemple.

 

Faire sa propre lotion peut être une très bonne alternative. Une huile essentielle ou un mélange d’entre elles, et le tour est joué. Il faut cependant faire attention aux concentrations utilisées. Voici une liste de certaines huiles répulsives de moustique avec leur concentration maximale selon une étude menée par le Malaria Journal 10.

 

Vous pourrez créer vos propres liquides à vaporiser. L’eau suffira comme base pour le mélange. Vous pouvez choisir différentes huiles essentielles dans le même produit mais pensez à effectuer des tests car certains produits peuvent être allergènes. Grâce à leurs odeurs, ils deviendront peut-être vos futurs parfums de soirée.

 

Les deux principaux (teneur en citronellal élevé ; grand répulsif)  : Huile essentielle

  • Citronnelle : 2%
  • Géranium odorant: 6%

 

Alternatives:

  • Menthe : 2%
  • Thym : 2%
  • Violette : 2%

 

Consultez ce tableau en anglais pour plus de détails.

 

Ces protections naturelles sont pour la plupart très volatiles : il faut donc en appliquer régulièrement. Il est possible d’en vaporiser sur ses habits pour un effet plus long. Il y a aussi d’autres façons de les diffuser. Evaporateur ? Bougie ? A vous de trouver votre nouvelle déco de vos futures soirées ! Une recette ? des idées ? Partagez-les en commentaire Winking smile

La protection solaire

Le marché de la crème solaire propose un grand nombre de variantes. Il est possible de les répartir en deux sortes : les crèmes solaires classiques et les crèmes solaires bio. La différence entre ces deux types est le composé des filtres UV. Les crèmes traditionnelles utilisent des produits issus du pétrole pour filtrer les UV. Ces produits ont de lourds effets sur l’environnement et sont réputés pour être des perturbateurs endocriniens. Cela veut dire que ces molécules perturbent le bon fonctionnement hormonal. Le résultat est un mauvais fonctionnement à long terme de certaines fonctionnalités du corps humain comme la reproduction par exemple.

Les nanoparticules

La présence de nanoparticules d’oxyde de zinc et le dioxyde de titane dans les crèmes solaires classiques, est plus importante et plus microscopique que dans les produits bios. Ces deux molécules forment une sorte de seconde peau qui a pour but de réfléchir les rayons UV. Sans dérivés du pétrole et avec des nanoparticules plus grandes, l’alternative bio est moins risquée.

 

Les nanoparticules sont utilisées dans l’industrie de cosmétique depuis de nombreuses années. Malheureusement, leurs effets néfastes pour le corps humain et l’environnement ont largement été minimisés. En effet, étant des particules plus petites que nos cellules, les nanoparticules peuvent les pénétrer sans aucun soucis. Elles sont capables de parcourir tout le corps. Nous n’avons aucune immunité face à ce fléau. Ces molécules peuvent atteindre tous nos organes une fois le sang infecté.

 

Plusieurs études ont relevé en 2019 les effets désastreux du dioxyde de titane lorsqu’il est ingéré par voie orale sur la santé du corps humain. La quasi totalité des organes sont touchés. Vous pouvez consulter certaines études proposées par AVICENN (association qui veille aux enjeux sur la nanoscience et nanotechnologie) sur ce lien. Les nanoparticules du dioxyde de titane pouvant voyager librement dans notre corps sont donc aussi extrêmement dangereuses.

 

2 labels certifient des produits bio en cosmétique

  • BDIH : label allemand qui certifie que les ingrédients ne sont pas issus de l’industrie du pétrole.
  • COSMEBIO : Label donnant deux informations:
    • BIO: Le produit doit contenir plus de 95% de matière d’origine naturelle dont 10% viennent de l’agriculture biologique.
    • ECO: Les matière végétales du produit doivent être au minimum 50% d’agriculture biologique.

 

Les produits bios ont comme unique règle d’interdire des nanoparticules plus petites que 100 nanomètres mais leur utilisation est toujours légale. Elles permettent principalement de rendre la crème plus transparente et plus facilement applicable. Les fabricants sont censés écrire sur l’emballage la présence de ces particules depuis 2013 mais ce n’est malheureusement pas encore bien respecté. Cependant il vaut mieux utiliser des produits certifiés NON-NANO lorsque l’on désire aller dans l’eau, surtout en présence de coraux ou bien dans les zones qui ont un environnement protégé. Le corail par exemple est tué au bout de seulement 48h de contact.

Corail

Quelques conseils:

Les crèmes solaires bios ou classiques ont toutes des effets plus ou moins néfastes sur notre santé et l’environnement. Voici quelques conseils pour diminuer les risques d’exposition au soleil.

 

  • Habituer sa peau au soleil petit à petit. La peau libérera de la mélanine qui lui permet de réduire les effets des UV ; c’est le bronzage !
  • Eviter les horaires d’ensoleillement maximal (entre 12h et 16h)
  • Eviter les longues périodes d’exposition.
  • Utiliser des vêtements aérés pour recouvrir sa peau (manches longues, chapeaux, lunettes de soleil etc.)

 

En plus de l’oxyde de zinc et du dioxyde de titane, plusieurs composés sont également néfastes pour l’environnement et notre santé:

 

  • Benzophénome et ses dérivés.
  • Octyl-méthoxycinnamate (OMC)
  • Oxybenzone (BP-3)
  • 4-méthylbenzylidène camphre (4-MBC)

 

Evitez ces ingrédients à tout prix lorsque vous choisissez des crèmes solaires. Les crèmes bios ne sont pas composées de ces éléments.

 

Pour résumer

Lorsque notre exposition au soleil exige l’application de protection, il est préférable de choisir des crèmes solaires bios. Elles contiennent aussi certains éléments néfastes comme le dioxyde de titane mais la concentration à leur niveau nanométrique sera plus faible et moins microscopique. Ces crèmes n’ont aucuns ingrédients venant de l’industrie pétrochimique. IL faut également éviter les ingrédients dans la liste exposée ci-dessus. Choisir des produits avec label et certifiés sans nano.

 

Quelle joie de pouvoir enfin profiter de l’été et de ses bienfaits !

été écolo lunettes de soleil

 

Sources:

https://www.consoglobe.com/creme-solaire-sante-substances-chimiques-conservateurs-cg?comingFromDekstop=fwd

https://ambassadeoceans.com/cremes-solaires-limposture/

https://malariajournal.biomedcentral.com/articles/10.1186/1475-2875-10-S1-S11

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •